Me Ntimbane Bomo : «je suis absolument contre la campagne de libération de l’élève Kevin»

L’avocat Ntimbane Bomo affirme que la banalisation des tricheries scolaires et universitaires sont à l’origine du phénomène de la corruption qui détruit le Cameroun.

Tout comme le premier secrétaire du Peuple uni pour la rénovation sociale (Purs) Serge Espoir Matomba, l’avocat Christian Ntimbane Bomo pense qu’il faut laisser la justice agir librement dans l’affaire de Kevin Gervais Ngassam Noche mis en détention à la prison de Kondengui, dans le cadre de l’affaire relative à la fuite des épreuves du Baccalauréat session 2020. L’avocat affirme ne pas être favorable à la campagne en cours visant la libération de l’élève de 18 ans.

Retrouvez ci-dessous sa réaction

Je suis absolument contre la campagne de libération de l’élève Kévin en cours sur les réseaux sociaux au motif que les responsables seraient de la fraude seraient  à l’office du baccalauréat. La relation des faits sur son simple  rôle de  relayeur de l’épreuve de l’examen me paraît assez tiré par les cheveux. Pour une fois, laissons l’instruction suivre son cours. Et s’il est avéré que cet élève aura participé de son fait ou même de celui de ceux qui lui  auront  donné cette épreuve, il devra être puni conformément à la loi. La banalisation des tricheries scolaires et universitaires sont à la base du satané esprit de corruption qui détruit le Cameroun. Les jeunes enfants de nos lycées et collèges devront bien comprendre que la tricherie est un délit grave.

La position de Matomba

Rappelons que Serge Espoir Matomba a également souhaité qu’on laisse la justice faire son travail. Il a indiqué qu’on ne saurait vouloir une justice libre et indépendante et en même temps, lui dicter une conduite à tenir.

« Mais en quoi et au nom de quel droit l’élève était-il obligé de divulguer des informations qu’il savait sensibles une fois qu’il les avait reçues ? Doit-on tout se permettre au nom de ce qu’on est derrière un clavier ou de ce qu’on serait adolescent ? Pouvons-nous nous autoriser de penser qu’un candidat au baccalauréat âgé de 19 ans est à ce point inconscient ? Ou considérer que le statut d’adolescent est une immunité qui protège de toutes les dérives ? Auquel cas, tolérons et libérons désormais tous ceux de cette tranche d’âge qui agressent, volent, violent et assassinent. […] Nous ne pouvons en même temps pas souhaiter une justice libre et indépendante et vouloir lui dicter sa conduite au gré des intérêts lorsqu’elle décide de s’appliquer. Nous ne pouvons pas décrier un Cameroun de l’arbitraire, des abus et de l’impunité et en être les premiers promoteurs. Nous ne pouvons pas réclamer une République exemplaire et promouvoir le contraire dans nos actes. Le réflexe de la République du tout permis doit à un moment s’arrêter», a écrit l’ancien candidat à l’élection présidentielle de 2018.

Willy la Bénédiction Africaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *